Vers la boutique d’Hortus Focus

Les lauréats du Prix Saint-Fiacre 2021

Pris Saint Fiacre

Envie de découvrir d’excellents livre de jardin ou de jardinage ? Voici les 3 lauréats du Prix Saint-Fiacre 2021 et les autres ouvrages retenus dans l’ultime sélection du jury. Bonnes lectures ! 

Prix Saint-Fiacre 2021

Graines, tous les savoirs, toutes les histoires, tous les pouvoirs, tous les espoirs

La découverte des graines à l’ouverture d’une gousse fraîchement récoltée est magique ! Leurs richesses nutritive, esthétique et culturelle nous accompagnent depuis la nuit des temps. Souvent oubliés, ces joyaux de la nature sont la base de l’alimentation, des croyances et des superstitions en référence à la vie, à la magie et au rythme des saisons, fait de semailles et de récoltes. Ces phénomènes culturels présents partout sur notre planète se transmettent par le bouche-à-oreille, le savoir-faire, les écrits, les légendes et les dessins.

graines

Ce bel ouvrage traite à la volée sur fonds historique, symbolique et scientifique, des propriétés spécifiques pour chaque graine citée. Les graines possèdent toutes de nombreuses qualités : alimentaires, thérapeutiques, en transit, volantes, dites de menteurs, enivrantes, excitantes, magiques, semeuses de chance et de richesse. Le spectre ludique et dense de cet ouvrage est porteur pour un large public. À découvrir ou redécouvrir : la caroube nourricière, mais aussi symbole de richesse avec des propriétés de momification ; le cacao élu la reine des fèves ; l’huile de palme, gras universel ; la fève, graine de roi ; le riz, grain de vie ; le millet, le maïs, le haricot, la badiane, l’orge, le café de civette, l’anis et bien d’autres encore. 

Sous la direction de Serge Schall, Plume de carotteTerre vivante, 292 pages, 35 €.

Par Marie-Claude Eyraud

Coup de cœur du Jury du Prix Saint-Fiacre

Être un chêne – sous l’écorce de Quercus

« On devrait tous avoir un arbre-compagnon », suggère Laurent Tillon qui, depuis son enfance, entretient une relation fidèle, affective, sensible et scientifique avec un chêne pédonculé de la forêt de Rambouillet… Un patriarche respectable de plus de 250 ans, né sous la Révolution française, témoin de l’histoire des lieux et des hommes depuis cette époque. Un confident bienveillant, qui murmure aussi à l’oreille du biologiste et ingénieur forestier à l’Office national des forêts, captivé par le fonctionnement des écosystèmes et des interactions entre végétaux, animaux et humains.

L’auteur trouve là des indices précieux dans les racines, feuillages, branches et même sous l’écorce de Quercus… comme tout ce petit peuple invisible qui s’y abrite et les grands visiteurs nocturnes. Qui sont les arbres ? Comment communiquent-ils entre eux ? Les comprendre sans parler, entendre sans voir, décrypter leur langage subliminal. En écho à Francis Hallé, l’auteur évoque pas à pas ce destin, chapitre après chapitre, illustré de dessins capturés sur le vif.

etre un chene

Laurent Tillon, Actes Sud « Mondes sauvages », 320 p., 22 €.

Jocelyne Dévèdjian

Prix Saint-Fiacre 2021 – Jeunesse

Le Jardin secret du dernier comte de Bountry

Dès que j’ai découvert cet ouvrage, j’ai eu un coup de cœur pour les illustrations en pop-up, impressionnantes par leur originalité, et pour le texte romantique retraçant l’époque des premières découvertes à travers le monde. Philippe Mignon, auteur, illustrateur, labyrinthiste inspiré par certains des plus beaux jardins du monde, comme Bomarzo en Italie, Ambras en Autriche, Nanjing en Chine, nous offre, une histoire dans laquelle l’imaginaire a toute sa place et les images animées nous font rêver.

bountry

Du naturalisme aux expéditions, des bestiaires imaginaires aux formes géométriques, des labyrinthes aux anamorphoses, cet ouvrage offre plusieurs niveaux de lecture et s’adresse à tous, des plus jeunes aux plus anciens. Finalement, est-ce une histoire vraie ou imaginée par son auteur ? Au lecteur de faire son choix…

Philippe Mignon, Éditions Les Grandes Personnes, 40 p.s, 24,50 €.

Françoise Simon

Naturalia II

Des fougères lèchent les auto-boxes à Taïwan, un arbre perce la dalle de béton d’un hippodrome et le lierre s’accroche aux murs d’un immeuble d’habitation en France : à raison d’une ruine contemporaine par page, Jonk partage ses visions glanées dans 1 500 lieux issus d’une soixantaine de pays. Deuxième livre d’une série lancée en 2018 et centrée sur la reconquête végétale des constructions modernes, Naturalia II consolide le genre : reporter du métabolisme architectural, Jonk est devenu son propre éditeur.

L’ancien cadre financier vit désormais de ses chroniques photographiques. L’image reste reine, mais la pression du public l’a convaincu d’y ajouter de sobres légendes en français et anglais. Dans le livre non folioté et ponctué de quelques pages quasi blanches, de brèves citations prolongent la rêverie sur l’impermanence. Jonk a su partager son plaisir avec l’auteur de la Terre vue du ciel : « Nous avons une même vision de la beauté du monde », constate Yann Arthus-Bertrand dans la préface.

Si l’angoisse peut affleurer au premier regard, sur l’anéantissement de notre propre civilisation, ce sentiment s’efface, au fil des 240 pages, au profit d’un mélange de mélancolie et d’émerveillement : rhabillées et pacifiées par le végétal, les architectures les plus insignifiantes accèdent à la beauté tranquille des ruines de toutes les époques. « L’homme passe, mais, à la fin, la nature gagne », commente Jonk.

Jonk, Éditions Jonk, 240 p., 35 €.

Laurent Miguet

Jonk : Naturalia II
Jonk : Naturalia II

Arbres d’ici et d’ailleurs

Un livre poétique et pratique à offrir à tous les enfants curieux de nature. Après avoir expliqué ce qu’est un arbre, comment il vit, les autrices emmènent les enfants à la découverte des arbres les plus courants des jardins, des montagnes, des garrigues, des prés et des bois. Un livre à glisser dans le sac à dos pour apprendre à reconnaître les saules, les marronniers d’Inde, le sorbier des oiseleurs, le figuier, le peuplier, le micocoulier… et épater les grands !

Emmanuelle Kecir-Lepetit, illustrations de Léa Maupetit, 96 p. Gallimard Jeunesse. À partir de 7 ans.

Isabelle Morand

arbres d'ici et d'ailleurs
saint fiacre 2021

Dictionnaire amoureux des arbres

L’arbre, quel qu’il soit, est aujourd’hui source d’attention des urbains pour son rôle dans la régulation du microclimat des villes. Nombre de maires veulent planter leur forêt au cœur de leur cité. Il est un sujet de passion pour Alain Baraton. « Les arbres, ce sont ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie, défend-il. L’arbre est, je crois, l’un des éléments vivants les plus importants de notre terre. » Son amour des arbres transparaît dans ce dictionnaire qu’il leur a consacré. Il y dresse son propre inventaire des spécimens qui l’ont le plus marqué.

Et, pour chacun, il conte son histoire.

« J’aime savoir, quand je visite un jardin, l’âge des arbres et leur provenance, revendique-t-il. Il est toujours intéressant d’apprendre si le sujet face à vous est issu d’une bouture, d’une marcotte, d’un semis ou d’une greffe. La question se pose encore davantage quand le parc est historique et les végétaux centenaires. (…) Je me plais à imaginer leur périple, je pense aux difficultés rencontrées et j’admire leur résistance. »

Ce dictionnaire nous entraîne à la fois dans l’histoire du monde et dans la géographie de la planète. Une manière fort agréable de découvrir des hommes, des cultures et des pays, les plus proches comme les plus lointains. Comme ce banian de Howrath (250 ans), en Inde, le chêne de Montravail (1800 ans), en Charente-Maritime, le pin Mathusalem (4850 ans), en Californie, ou la découverte du métaséquoïa en Chine, en 1946, et la rencontre avec le pin Wollemi, en Australie, en 1994. Un arbre qui vivait il y a deux cents millions d’années avant de disparaître, sauf dans ce coin perdu du globe. Un joli voyage qui donne envie de l’éternité…

Alain Baraton, dessins d’Alain Bouldouyre, Plon, 446 pages, 25 €.

Patrick Glémas

Atlas de botanique parfumée 

Pour chacun de nous, un parfum est une odeur fleurie, sucrée, boisée ou acidulée qui nous séduit. Pour en arriver à ce résultat, c’est toute une alchimie mise en œuvre par les parfumeurs, en fonction de leur sensibilité et pour notre plus grand plaisir. Jean-Claude Ellena, parfumeur français et nez exclusif d’Hermès pendant quatorze ans, nous propose une plongée dans ce monde olfactif.

Il nous invite aux quatre coins du monde à la découverte de plantes plus ou moins connues, mais très répandues dans la confection de parfums renommés.

atlas de botanique parfumé

Il nous en révèle leur identité botanique, leur origine, leur arôme et parfois même leur relent, au travers de ses propres émotions, avec des qualificatifs quelquefois étonnants. C’est ainsi qu’il nous avoue que l’essence de bois de santal n’a jamais été un matériau de prédilection pour lui : il trouve son odeur horizontale, lascive, paresseuse et sans relief. Il nous apprend que la fève de Tonka qui, en fait, est une graine à l’allure de fève a une odeur très prisée pour son arôme doux de foin, de tabac, de caramel et de pistache.

Quant aux essences de poivre, sa préférence va au poivre blanc, qui est un poivre noir débarrassé de sa première peau. Ainsi délivré, il présente une odeur plus animale et même fécale ! Toutes ces descriptions nous emmènent dans un tourbillon de fragrances et nous transportent sur une autre planète, où seuls les grands parfumeurs se retrouvent. 

Jean-Claude Ellena, illustrations Karin Doering-Froger, Éditions Arthaud, 25 €.

Christiane Rivallin

c'est quoi la biodiversité

C’est quoi la biodiversité ?

« Observe, comprends, protège » : facile à retenir, ce triptyque guide les enfants dans le monde du vivant, résumé en dix chapitres. Le rythme intangible facilite le suivi du chemin, qui va de l’apprentissage à l’engagement : trois pages par chapitre, mais selon l’inspiration des autrices, l’observation, la compréhension et la protection en prennent une ou deux.

Après un grand angle planétaire, l’illustratrice Marion Tigréat et la rédactrice Mathilde Paris zooment sur six séquences des sciences de la vie et de la terre :

La forêt, le sous-sol, les mares, les océans, les récifs coralliens et les insectes pollinisateurs, autant de lieux qui donnent corps à la notion d’écosystème abordée dès les premières pages. Intitulés « La ville », « La vie quotidienne » et « L’assiette », les trois derniers chapitres ramènent les futurs adultes de la seconde moitié du XXIe siècle dans les magasins, à la maison ou dans l’espace public, mais sans jamais oublier la leçon principale : tout ce que nous consommons provient de ressources vivantes qu’il faut protéger.

En donnant la parole aux crabes, aux poissons, aux chiens ou aux oiseaux, les autrices injectent discrètement un vaccin contre l’anthropocentrisme. Offrir ce livre à nos enfants équivaut à planter une graine de sobriété heureuse pour les générations à venir.

Mathilde Paris, illustrations de Marion Tigréat, Rustica éditions, 52 p., 14,95 €.

Laurent Miguet

Inventaire des petites bêtes des jardins

Tellement discrets, rapides, voire invisibles… une centaine de minuscules auxiliaires parmi 40 000 espèces françaises, rampent, volent ou creusent inlassablement et prennent ici corps et âme, sous la plume érudite et sensible du spécialiste réputé François Lasserre et grâce aux illustrations XXL de Marion Vandenbroucke.

Inventaire-des-petites-betes-des-jardins

Surprenantes, élégantes et gracieuses, suggestives et même attachantes, malgré leur aspect parfois redoutable, sous leurs carapaces multicolores très « design », armées de crochets, pinces, mandibules… Ces précieuses petites mains aux noms évocateurs comme le papillon « Robert le Diable », les « Sylphes tristes », les « Staphylus odorants », trop souvent ignorées et même méprisées, participent pourtant au bon équilibre des écosystèmes.

L’ouvrage est poétique et informatif. Mis en mots et en images, il révèle ce petit peuple qu’il convient de mieux connaître et de respecter pour qu’il ne finisse pas sous nos semelles !

François Lasserre (sous l’égide de l’association Humanité et Biodiversité), Marion Vandenbroucke (dessins naturalistes), Hoëbeke « Collection Nature », 216 p., 25 €

Jocelyne Dévèdjian

Mon jardin s’adapte au changement climatique

Mon-jardin-s-adapte-au-changement-climatique-Anticiper-repenser-et-amenager

« Un binage vaut deux arrosages ». Au détour du chapitre central sur « les végétaux et la canicule », l’adage révèle un des ressorts de cet ouvrage. À travers le filtre du climat, Pierre Nessmann remet au goût du jour l’expertise accumulée, au fil des saisons et des aléas météorologiques, par des générations de cultivateurs de plantes vivrières ou ornementales. L’utilisation rationnelle de l’eau a toujours concentré leur attention : rien de nouveau sous le soleil, sauf que ce dernier brûle avec l’intensité redoublée que lui donne l’effet de serre, selon le mécanisme implacable décrit dans le premier chapitre intitulé « La planète a chaud ».

La sagesse des anciens s’ajoute à l’expérience de la première génération de jardiniers soucieux d’adaptation au changement climatique. Ils nous enseignent la fabrication et la mise en place des paillis, qui prolongent l’humidité et dispensent les nutriments. Mais, pour cultiver l’envie de garder le lien avec le vivant qui nous entoure, les leçons de l’auteur ne suffiraient pas. Les photographes Brigitte et Philippe Perdereau ouvrent le livre dans les vapeurs du Grand Paris qui viennent lécher la tour Eiffel et les tours de la Défense, au-dessus de la canopée suante du bois de Boulogne ; ils le ferment dans les senteurs et les couleurs des aromatiques qui nous aideront à passer les saisons en enfer caniculaire. 

Pierre Nessmann, photos Brigitte et Philippe Perdereau, Éditions Delachaux & Niestlé, 160 p., 19,90 €.

Laurent Miguet

La vie du sol de nos jardins

Des plus petits – comme les protozoaires – aux plus gros – comme la taupe –, le sol de nos jardins regorge de vie. Avec parfois des noms bizarres comme copépodes, archées ou rotifères… Gabriel Primetens commence par nous faire découvrir tous les organismes qui le peuplent. Cette foule grouillante travaille d’arrache-pied pour sa survie, tout en apportant ses bienfaits au jardinier. C’est en connaissant cette flore et cette faune qu’il peut appliquer les bonnes techniques pour améliorer sa fertilité.

primetens ulmer

On connaît le rôle du ver de terre, qui ingère argile et humus pour en dégurgiter des éléments assimilables pour la plante. Mais connaissez-vous les multiples champignons, bactéries, algues, crustacés et autres nématodes qui œuvrent pour améliorer le sol de nos jardins ? L’auteur propose des techniques pour aider tout ce petit monde tels le mulch, les engrais verts, mais aussi le compostage ou le non-travail du sol. Un guide complet, avec une iconographie remarquable, qu’un jardinier doit posséder, quel que soit son niveau.

Gabriel Primetens, Ulmer Éditions, 256 p., 400 illustrations, 25 €.

Jean-François Coffin

Parfois-la-vie-ne-tient-qu-a-une-fleur

Parfois, la vie ne tient qu’à une fleur

Pourquoi avoir sélectionné ce livre – un roman – pour le Prix Saint-Fiacre 2021 ? Parce que, comme son titre l’indique, « la vie ne tient qu’à une fleur ». Une fleur si fragile, mais qui va révéler une telle puissance ! Une fleur en perdition qui va bouleverser la vie d’Alex, le personnage central. Une fleur qu’il a tant de mal à protéger et dont les vertus attisent les convoitises. L’histoire est pleine de suspense, évoque les hauts et les bas de son personnage, révèle amitiés, amour, trahisons, renaissance…

Les abeilles, les « princesses d’Alex », les huiles essentielles, leurs vertus, l’écologie sont abordées sans dogmatisme, appuyées par des informations scientifiques. Ce roman, à l’écriture fluide, révèle les talents d’écrivain de Catherine Secq. Le récit ne laissera pas indifférent le lecteur, qui pourra parfois se reconnaître. Il est truffé d’émotions, avec un suspense qui tient en haleine jusqu’à la fin. Mais nous n’allons pas vous faire une fleur en vous révélant son issue…

Catherine Secq, Le Lys Bleu Éditions, 236 p., 19 €.

Jean-François Coffin

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Pris Saint Fiacre
Share via
Copy link
Powered by Social Snap