Cylindrocladium, l’autre ennemi du buis

La clinique des plantes

Vous avez détesté la pyrale du buis ? Vous allez peut-être haïr ce champignon (Cylindrocladium) qui s’attaque lui aussi aux buis. Comment le reconnaître ? Et surtout que faire pour en venir à bout ?

D’origine inconnue…

Cylindrocladium buxicola a été repéré pour la première fois dans une pépinière anglaise (dans le New Hampshire) en 1994. Malgré de multiples recherches, on ne sait toujours pas d’où il vient et comment il a été introduit. Il s’agit d’un champignon classé dans la famille des Nectriacées, repéré par la suite en Nouvelle-Zélande, en Iran, en Amérique du Nord. 

Hypothèses complotistes : envoyé par une sale bande d’extra-terrestres qui détestent l’odeur du pipi de chat du buis ? Créé dans un labo P4 par des ennemis farouches de la forêt française ? Inventé par un jardinier qui voulait trouver une excuse pour zigouiller toutes ses topiaires ? À vous de voir ou de mener l’enquête ! 

Cylindrocladium buxicola = gros dégâts ! 

Ce champignon peut s’attaquer aux buis d’avril à octobre quand la température s’établit aux environs de 25°C et en situation d’humidité (pluie, rosée, brume).

Des taches noires apparaissent sur les feuilles. Le champignon gagnant du terrain, les taches noires fusionnent et recouvrent toute la feuille. Si le taux d’humidité reste élevé, du mycélium blanc apparaît au revers des feuilles. 

©Dr. David L. Clement, Extension Specialist
©Dr. David L. Clement, Extension Specialist

Les rameaux ne sont pas mieux lotis avec l’apparition de stries foncées sur l’écorce.

La plante commence à perdre ses feuilles puis les rameaux tombent. Un buis mort de plus !

Bon à savoir

Le souci avec Cylindrocladium buxicola, c’est que ses spores se conservent dans la terre pendant plusieurs années 

Certaines espèces de buis sont plus sensibles que d’autres à ce champignon, notamment Buxus sempervirens.

Comment lutter contre Cylindrocladium buxicola ?

Les jardins d’Eyrignac en Dordogne sont plus concernés par ce champignon que par la pyrale. Voici les méthodes de prévention des jardiniers.

  • Ne pas planter les buis les uns trop près des autres.
  • Planter les buis dans une bonne terre.
  • Utiliser des produits organiques pour la fertilisation.
  • Arroser au goutte-à-goutte. Bannir l’arrosage par aspersion.
  • Sécher le feuillage au souffleur.
  • Arrachage et destruction par le feu des parties atteintes et des sujets morts, branches mortes.
  • De mars à octobre, pulvériser chaque mois sur le feuillage un mélange de purins d’ortie, de prêle + jus de consoude (le tout dilué à 20%, additionné d’un bio stimulant spécial buis). Procéder en arrosage au pied à l’aide des mêmes produits. 

Bon à savoir : il faut refaire le traitement chaque année.

Ne confondez pas Cylindrocladium buxicola et Volutella buxi !

Avec Volutella buxi, autre champignon, les feuilles d’un seul rameau passent au jaune. La maladie cryptogamique se développe là aussi dans une atmosphère chaude et humide. Il s’agit donc d’un dommage bien moins grave, mais peu esthétique, je vous l’accorde. Pour éviter au Volutella de s’installer, arrosez le buis au pied. En cas d’attaque, coupez le rameau atteint, ramassez les feuilles (lui aussi reste dans le sol l’hiver) et brûlez le tout. Ne le jetez surtout pas au compost. N’oubliez pas de désinfecter vos outils après la taille ! 

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

134 Shares 3.4K views
Share via
Copy link