Scènes modèles : un peu de zen !

Jardin Kériel
©Isabelle Morand

Il est plutôt facile de créer une scène japonisante. On ne parle pas de vrai jardin japonais – avec toutes ses règles immuables et souvent impossibles à suivre-, mais de scènes à la japonaise, japonisante, à l’asiatique, piochées dans nos reportages. Bref, d’un peu de zen…

Le jardin asiatique du Domaine Albizia 

Parmi les nombreux jardins créés par Frédéric Tinard, un jardin asiatique où les grenouilles (très zen aussi !) prennent le soleil sur le bord du bassin. Une bulle de sérénité.

Jardin japonais
©Isabelle Morand

1 Lanterne. Élément incontournable des jardins japonais, la lanterne doit comporter 3 éléments. Le plus haut représente le Ciel. L’élément du milieu (où l’on place une bougie) renvoie à l’homme. La partie la plus basse symbolise la Terre. L’homme est donc à sa juste place, entre la Terre et le Ciel…

 2- Fontaine. Deux morceaux de bambous (matériau utilisé dans toutes les fontaines asiatiques)  conduisent l’eau jusqu’à son déversement dans le bassin. Alimentation par pompe (il est possible d’installer une alimentation solaire).

3 Cornouiller des pagodes (Cornus controversa ‘Variegata’). Une merveille si vous avez la place suffisante pour l’installer et le mettre en valeur. La silhouette de ce cultivar panaché est à la fois spectaculaire, élégante, surprenante avec ses branches en étages horizontaux réguliers. Il peut atteindre 7 m de haut et s’étale beaucoup. 

4 -Massette à larges feuilles (Typha latifolia).  Cette belle plante aquatique peut monter jusqu’à 1,5 m et fleurit en espèces de gros cigares. C’est une excellente plante pour décorer les bassins, mais elle est également très efficace en phytoépuration et lagunage. Pour les petits bassins, préférés plutôt Typha minima qui forme elle aussi de jolies quenouilles. 

5 – Saule crevette (Salix integra ‘Hakuro Nishiki’). Il convient à tous les jardins, grands ou petits, car on peut facilement le contrôler. Les jeunes pousses sont rose crevette. Il faut absolument tailler pour provoquer l’arrivée de ces pousses roses. Il est bien rustique (-15°C). Il peut facilement être cultivé en bac.

6 Rhododendrons et azalées : indispensables dans tout jardin japonais. Vous pouvez vraiment choisir la couleur, la variété que vous voulez. Tout convient. 

Un petit espace zen dans le JAF d’Agustin Coello-Vera

Le jardin d’Agustin, à Pibrac, abrite une sublime collection d’érables. Et puis, à côté de la terrasse, un petit coin zen absolument charmant. Idéal dans un tout petit espace. 

1 – Hosta. Cette plante d’ombre ou de mi-ombre est originaire de Chine et du Japon. On en trouve des miniatures (‘Warwick Delight’, ‘Mouse Ears’…) et des plantureux (‘Sum and Substance’, ‘Jurassic Park’.). Les hostas tiennent bien au jardin (si les limaces et les escargots leur fichent la paix), mais aussi en pot. Le choix des couleurs, de l’épaisseur des feuilles est quasi infinie. 

2 – Equisetum. Plantez-la dans un panier avant de l’immerger pour l’obliger à rester sage et ne pas tout envahir. La prêle apporte la touche verticale, graphique souvent recherchée pour l’harmonie des petits bassins.

3 – Fougère. Misez sur les petites fougères, car les plus replètes se montrent rapidement envahissantes. Mon conseil : plantez une ou deux fougères japonaises (Athyrium niponicum) et choisissez des variétés à feuillage insolite comme ‘Metalllicum’ (à rachis rouge), ‘Pictum’ (feuillage argenté).

le JAF d'Agustin Coello Vera
©Isabelle Morand

4 Barbe de serpent (Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’) : le feuillage complètement noir fait toujours son effet. L’ophiopogon finit par former des touffes denses. Comme je le trouve cher à l’achat, je guette l’apparition des graines en été, je les prélève et les replante, ça marche 9 fois sur 10.

5 Shishi-odoshi. C’est aujourd’hui un élément de déco installé très couramment dans les jardins, mais à l’origine, le shishi-odoshi était utilisé pour éloigner les animaux à poils et à plumes. L’eau tombe dans un tube et finit par déplacer le centre de gravité ce qui entraine la rotation du tube et la chute de l’eau. Quand le tube retombe sur le rocher, il fait un petit bruit destiné à effrayer tous les animaux.

6– Lanterne. Voir explications ci-dessus dans Le jardin asiatique du domaine Albizia

7- Érable du Japon. Forcément… On est dans le JAF !

Au Jardin Kériel, chez Guénolé et Gaston

Guénolé et Gaston ont du être Japonais dans une vie antérieure. Chez eux, précision et méticulosité sont au menu. Le résultat est spectaculaire et on ne s’en lasse pas ! Le zen souffle en Bretagne !

Jardin Kériel

1 – Rhododendrons et azalées. Ces plantes de terre acide sont très travaillées. L’œil est guidé des premiers arbustes taillés très courts jusqu’aux sujets tout aussi colorés à l’arrière-plan.

2– Banc en pierre. Pas très confortable pour les fesses, mais propice à l’observation des poissons du bassin ou à la méditation.

3- Pas japonais… pas orthodoxes ! Normalement, les pas japonais sont enfoncés plus profondément. Je trouve qu’ils sont plus jolis ainsi dans ce jardin. Si vous voulez installer des pas japonais (peu importe le matériau utilisé), posez-les avec un écartement parfait entre chaque pas et être disposé en quinconce pour faciliter la marche. 

4 – Arbustes en écran de fond. Plantez de préférence des arbustes à floraison printanière. Malus, Prunus s’y prêtent bien. Mais à chacun ses goûts et ses envies.

5 – Bambous. Les phyllostachys sont très faciles à cultiver, voire même trop, car ils ont tendance à cavaler. Pour alléger leur allure d’ensemble, vous pouvez leur « épiler » les cannes en supprimant les feuilles jusqu’à 1, m / 1, 2 m de haut.

 6- Le genévrier. Il se prête particulièrement à la taille en nuage ou en plateau et convient même aux débutants en niwaki. L’objectif est de mettre en valeur l’architecture de la plante, de laisser passer le regard. Former un beau niwaki peut prendre plusieurs années, mais le résultat vaut la peine ! 

Dans le Jardin de Basroger, chez Maryvonne et Léon Faligot

Dans ce jardin du Cotentin, non loin de leur maison, Maryvonne et Léon ont installé un espace zen minimaliste mais efficace !

jardin de Basroger
©Didier Hirsch

1 – Buis (Buxus) en colonne. Le yucca limite la scène à gauche. À droite, ce sont 3 buis qui s’en chargent (ils peuvent être remplacés par des ifs). À tailler deux à trois fois par an.

2 – Hostas : Maryvonne et Léon les ont choisis panachés. Regardez les catalogues sur internet. Il existe des centaines de variétés. Pour aller dans les pots, comme sur la photo, choisissez-les de dimension moyenne. 

3 – Roches, pierres, graviers. Les pierres  ont été installées de façon à aménager une petite marche. La chaleur s’y accumule dans la journée, est restituée la nuit ce qui convient bien aux plantes grasses et succulentes. 

4- Plantes succulentes en pot. Elles sont installées dans des pots peu profonds, utilisables pour la culture des bonsaïs. Plusieurs sédums peuvent être plantés dans le même espace. Ne laissez pas la terre nue. Utilisez de l’ardoise, de la pouzzolane. N’oubliez surtout pas de drainer le fond de vos compositions.

5 – Érable du Japon. Pas de coin japonisant et zen sans érable… La touche très claire et lumineuse apportée par l’aéonium juste en dessous est vraiment judicieuse. Parmi les aéoniums les plus lumineux : ‘Suncup’, ‘Albovariegatum’.

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Jardin Kériel
Share via
Copy link
Powered by Social Snap