Vers Helloasso

Les rosiers botaniques de Yan Surguet

rbiedermann

Dans sa pépinière ariégoise, Les roses anciennes de Talos, Yan Surguet produit des rosiers, dont bon nombre de rosiers botaniques. Sa particularité : il ne les greffe pas, il les bouture et nous explique pourquoi ce choix. Et il a aussi sélectionné, pour Hortus Focus, trois de ses rosiers préférés.

La bouture plutôt que la greffe

“La bouture est la seule technique qui permet de reproduire à l’identique le parent de la plante. C’est valable pour les rosiers comme pour les arbustes. Cela permet d’avoir une plante viable, une durée de vie quasi infinie. Alors, il est vrai que le produit est plus petit, moins attrayant qu’un rosier greffé quand il est proposé à la vente. Les rosiers partent d’un bout de bois, et ils font leurs propres racines. La conséquence ? Plus la plante vieillit, plus elle devient robuste et résistante.”

Des rosiers au parfum léger

“De nombreux rosiers botaniques offrent du parfum, mais il est très diffus, comme chez toutes les fleurs simples. Dès que la fleur s’ouvre, le parfum se volatilise. Chez les roses hybrides, à multiples pétales, le parfum reste “emprisonné” plus longtemps. Chez les botaniques, il est cependant bien perceptible quand les fleurs s’épanouissent par dizaines sur l’arbuste au printemps. On en profite pendant trois à quatre semaines dans l’année, car ces rosiers ne sont pas remontants.” 

Rosa canina - Hortus Focus
Rosa canina ©Seven75

3 rosiers botaniques choisis par Yan Surguet

Rosa forrestiana 

C’est un rosier admirable par son esthétisme. Son port est arqué, très buissonnant. Les fleurs sont écarlates avec de belles étamines jaunes, son bois offre une teinte un peu pourpre, et le feuillage est bleuté, presque glauque. Il fructifie beaucoup. Les fruits sont rouge écarlate. H. : 1,8 – 2,5 m.

Rosa forrestiana - Hortus Focus
©Yan Surguet
Rosa roxburghii 'Normalis' - Hortus Focus
©Yan Surguet

Rosa roxburghii 

J’aime beaucoup ce rosier botanique qu’on appelle aussi le “rosier châtaigne” en raison de la ressemblance de ses fruits avec un mini-bogue de châtaignes, pleine de poils. Son feuillage est surprenant, on ne dirait pas celui d’un rosier, mais plutôt celui d’une fougère. Enfin, son écorce desquame. La floraison est vraiment courte, entre dix et quinze jours, en grosses fleurs (5 à 6 cm de diamètre), rose pâle avec des étamines d’or. Il adopte naturellement une forme de fuseau. H. : 2 à 3 m.

Rosa nutkana

Ce rosier botanique, originaire des États-Unis, est un peu drageonnant. Un peu comme un bambou traçant, mais à petite échelle, il ne faut pas en avoir peur. C’est un rosier qu’on peut utiliser un talus ou une berge, il peut couvrir plus de 15 m2, voire plus au bout de quelques années. Il forme de grandes touffes denses. Le jeune bois est pourpre. Les fleurs, rose avec une nuance gris argenté, sont suivies de fruits orange. H : 0,9 à 1,6 m.

Rosier botanique
©Isabelle Morand

Pas besoin de les tailler !

Les rosiers botaniques nécessitent très peu d’entretien. Je ne vous conseille pas de les tailler, ils sont tellement plus jolis au naturel ! Mais, évidemment, si des branches vous gênent, coupez-les ! 

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Rosiers botaniques : Rosa hugonis - Hortus Focus
Share via
Copy link
Powered by Social Snap