Vers la boutique d’Hortus Focus

Achillea ptarmica, mon coup de cœur de l’année !

Achillea ptarmica
Hadot

Achillea ptarmica, l’achillée sternutatoire, m’a ravie tout l’été et jusqu’en début d’automne avec ses innombrables petites fleurs blanches. Cette plante vivace s’installe vite et bien dans les massifs (mais pas partout).

Un choix au pif…

J’ai d’abord cherché une plante pour remplacer la gypsophile avec laquelle je ne m’entends pas bien. Je ne sais pas vraiment pourquoi elle n’aime pas mon jardin. Elle y est toujours rachitique, ronchonne, récalcitrante… Bref, j’ai fini par lui renvoyer son désamour et lui rendre sa liberté (« Va donc pousser ailleurs, sale bête ! »). J’ai donc cherché une plante à toutes petites fleurs blanches.

Épluchage de catalogues, observation de photos des prétendantes à la succession. Thalictrum ? J’ai déjà. Achillée millefeuille ? J’ai déjà et je ne l’aime pas en blanc, mais en couleurs chaudes. Et puis, je suis tombée sur Achillea ptarmica. Ses noms vernaculaires ? Bouton d’argent, passe-pierre, mais aussi achillée sternutatoire autrement dit herbe à éternuer, en raison des allergies qu’elle semble être capable de provoquer chez certains jardiniers ou promeneurs. Moi, j’ai rien atchoumé du tout, ni en la manipulant, ni en mettant le nez dans ses capitules.

Achillea ptarmica
©Nahhan

J’ai testé Achillea ptarmica ‘Boule de neige’ dans différents endroits du jardin

1 – Plantée à proximité d’une grosse mémère pivoine à fleurs blanches. Erreur de distance. Elle n’a pas pu se tenir droite, poussée par les grosses feuilles de l’impératrice des lieux.

2 – Pas loin de mon Miscanthus ‘Zebrinus’ : bon ménage.

3 – Mélangée à la va-comme-je-te-pousse dans un endroit bien ensoleillé l’après-midi avec dahlias, pois de senteur vivaces, digitales (à l’essai dans ce coin elles aussi), sauges (‘Hot Lips’ et Salvia uliginosa). Dans ce petit fouillis – terrain d’essai, l’achillée sternutatoire s’est vraiment révélée. La plupart des tiges ont été soutenues par d’autres plantes, d’autres se sont laissées aller, façon j’ai mes langueurs…, mais rien de bien gênant. 

Je vais surveiller le comportement l’an prochain des deux dernières et déplacer la première dans un autre petit fouillis sous un noisetier, lieu qui m’agace prodigieusement, car de nombreux essais de plantation se sont révélés infructueux à l’exception des campanules pyramidales, d’une heuchère courageuse et autres babioles.

Achillea ptarmica – Fiche de culture

  • Famille : Astéracées.
  • Type : plante vivace.
  • Noms vernaculaires : achillée sternutatoire, herbe à éternuer, bouton d’argent, passe-pierre.
  • Végétation : caduque ou semi-persistante.
  • Plantation : automne ou printemps.
  • Exposition : soleil / mi-ombre.
  • Sol : frais à humide, bien drainé.
  • Floraison : été jusqu’en début d’automne, nectarifère.
  • Rusticité : – 20°C.
  • Hauteur : de 30 à 80 cm.
  • Maladie : peut-être sensible à l’oïdium.
  • Statut : sur la liste rouge de la flore menacée en Provence-Alpes-Côte d’Azur (catégorie « vulnérable »). Espèce protégée dans le Nord-Pas-de-Calais.
Achillea ptarmica
©CC-by-sea

Les variétés disponibles

  • ‘La perle’ (ou ‘The Pearl’) : fleurs doubles en pompons blanc immaculé. H. : 30 cm. 
  • ‘Boule de neige’ : la mienne ! petits pompons doubles blancs. Très, très florifère. Géniale en sol frais. H : 60 cm chez moi.
  • ‘Nana compacta’ : variété naine. Fleurs simples à gros cœur argenté. H : 20 cm.
  • ‘Noblessa’ : pompons doubles blancs. Pour terrain frais au soleil ou à mi-ombre. H : 40 cm.
  • ‘Perry’s White’ : fleurs doubles (et blanches, ça ne change pas). Pour expo ensoleillée.H : 60 cm.

Pourquoi l’appelle-t-on aussi passe-pierre ?

« Achillea ptarmica aurait un effet antispasmodique et donc une activité bénéfique sur la présence de pierres au rein ou à la vésicule. » Extrait de « Notules botaniques » de Marie-Thérèse Romain.

Présente dans les aventures de Harry Potter !

Cette plante entre dans la fabrication de deux potions chez les petits sorciers de Poudlard. Elle est utilisée dans le philtre de Confusion et dans le philtre d’Embrouille, une mixture de raifort, de livèche et d’achillée sternutatoire.

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Achillea ptarmica
Share via
Copy link
Powered by Social Snap