La capucine tubéreuse

La capucine tubéreuse
Anamejia18

Quand c’est beau et que c’est bon, on plante ! C’est le cas de la capucine tubéreuse à la jolie floraison estivale et dont les tubercules passent en cuisine où on les consomme crus ou cuits comme des pommes de terre. 

Une plante andine

Comme la pomme de terre et le dahlia, la capucine tubéreuse (Tropaeolum tuberosum) nous vient des Andes. Sa culture est traditionnelle chez les populations montagnardes, car elle supporte bien la culture en altitude, et résiste aux maladies, parasites, un peu moins à l’appétit de certains rongeurs… 

Elle est arrivée chez nous en même temps que la pomme de terre, mais n’a pas connu le même succès. On la redécouvre depuis quelques années comme les ocas du Pérou, les hélianthis et des légumes anciens délicieux comme le cerfeuil ou le persil tubéreux.

La capucine tubéreuse est hyper facile à cultiver

  • Plantation : c’est une frileuse. Il ne faut donc pas la planter en pleine terre avant les dernières gelées (mi-mai), comme les tomates, les courgettes, les aubergines. Plantez à environ 12 cm de profondeur. Pensez à bien drainer la terre si votre sol est lourd. N’hésitez pas à ajouter du sable grossier au fond du trou de plantation ou des cailloux.
Capucine tubéreuse
©anamejia18
  • Où la planter ? C’est une plante grimpante, il lui faut donc un support pour crapahuter tout à son aise (tuteur, grillage, tout est bon). Ne la plantez pas au soleil brûlant. Elle aime la chaleur, mais préfère une ombre claire.
  • Buttez-la ! Pour avoir tout plein de tubercules, il faut la butter comme on le fait pour les pommes de terre. Attendez que le feuillage atteigne 15 à 20 cm avant de ramener de la terre autour du pied. Et paillez le pied pour conserver de la fraîcheur.
  • En août, profitez de sa floraison : c’est vrai qu’elle fleurit tardivement, mais elle se « rattrape » en produisant des petites fleurs aux pétales jaune orangé qui émergent d’un calice tout rouge orné d’un éperon très élégant.
  • Patientez avant de récolter : Tropaeolum tuberosum forme ses tubercules tarabiscotés tardivement. Retardez le plus possible le moment de la récolte. Vous pouvez les récolter en même temps que les topinambours.

Comment conserver les tubercules de capucine tubéreuse ?

Installez-les dans des silos de sables comme les carottes, les navets, les betteraves ou les pommes de terre. 

Et zou, en cuisine !

La capucine tubéreuse peut se consommer crue si on aime les saveurs piquantes. Lavez bien les tubercules, coupez-les en fines rondelles et ajoutez-les à une salade. Les feuilles sont également comestibles.

Cuits, les tubercules sont beaucoup plus doux. Pas la peine de les éplucher (de toute façon, c’est quasi impossible !), contentez-vous de bien les frotter. Vous pouvez les tailler en rondelles et les faites sauter à la poêle dans de l’huile d’olive avec des rondelles de carottes. Ajoutez une gousse d’ail dégermée et du thym. Rectifiez l’assaisonnement avant de servir.

capucine tubéreuse
©Tuned_In

La capucine tubéreuse serait anaphrodisiaque… 

Le mashua comme l’appellent les Équatoriens et les Péruviens serait un aliment capable de calmer les ardeurs et les envies sexuelles. Selon l’écrivain et botaniste jésuite Bernabe Cobo (1582 – 1657), la hiérarchie militaire inca en donnait à manger à ses troupes pour les détourner des plaisirs charnels…

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La capucine tubéreuse
Share via
Copy link
Powered by Social Snap