Ce fut longtemps dans mes pensées : le bonheur de vivre sous nos latitudes permet de profiter de quatre saisons bien marquées. Et ça, au jardin, c’est un vrai régal ! Mais, pour tous les adeptes des agendas de jardinage, des amateurs de dictons et des passionnés de phénologie, ce début d’année promet quelques beaux débats…

Je rappelle la définition qu’en faisait le naturaliste Carl von Linné en 1751 : « La phénologie est l’art d’observer l’apparition des activités ou événements cycliques chez les plantes ou les animaux tout au long de l’année ». Alors, je vous emmène faire un petit tour dans le jardin… Hellébores, jacinthes, éranthis, cyclamen, laurier-tin, mahonia, jusque-là, tout est de saison, avec les perce-neige, au rendez-vous de janvier également, mais point de neige à affronter, seule une boue noire fait ressortir la beauté immaculée.

 

 

©oneblink-cj

Des calendulas sans souci

Rapidement, d’autres fleurs blanches attirent mon regard : oui, les modestes pâquerettes ouvrent leur cœur d’or… Quelques crocus tentent de s’épanouir, mais les gouttes de pluie sont bien lourdes pour de si fragiles corolles. Plus loin, les vaillantes Viola, sauvages violettes, attendront-elles la Saint-Valentin pour répandre leurs effluves ? Pour les variétés horticoles de pensées mises en place dès l’automne, point de salut : les pucerons ont gagné, les enveloppant d’un miellat trop collant pour qu’elles résistent, d’autant que leurs racines ont été asphyxiées par tant d’humidité. Les narcisses, emblème du printemps, comblent les optimistes en dressant fièrement leur corolle en trompette ! Déjà ! Pour leur tenir tête cette année, dans les mêmes tonalités de jaune et orange, les calendulas ne se font pas de soucis, bravant pluie et vent avec une robustesse exemplaire.

Comme disait ma grand-mère…

Prévert aurait aimé cet inventaire où tant de fleurs s’épanouissent en un même jardin sans respecter le calendrier : pervenches, rosiers, roses trémières, euphorbes, hortensias, chatons de saule, longues pousses de clématites, bourgeons saillants des pivoines (aïe, si le froid arrive…) ! Qu’en penser ? J’ai décidé de ne rien faire au jardin, pas de taille, pas de plantation, rien. J’observe, je guette le chant du coucou comme un signal de départ, j’attends la floraison des lilas pour planter les pommes de terre, je me dis qu’on n’a pas besoin du 1er mai pour offrir des clochettes parfumées en porte-bonheur… Et heureusement que janvier a été si gris et humide, car, comme disait ma grand-mère « beaux jours de janvier trompent l’homme en février ». Alors, carpe diem, humble jardinier !

 

 

Caroline est Guide nature sur le site des 2 Caps, sur la Côte d’Opale (Pas-de-Calais). Elle organise des balades personnalisées pour des petits groupes. Vous pouvez la contacter via sa page Facebook Guide Nature

 

 

Lien vers l'Hortus Shop soldes hiver 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.