Vers Helloasso

Composter pour la planète

Depuis les années 1960, La France ne cesse de voir sa production de déchets augmenter ; en cause la croissance économique associée aux changements des modes de consommation et de production.

Sur la planète et en France

Selon Consoglobe et au sujet de la production mondiale :
“Difficile à estimer, ce chiffre tourne autour de 2,01 milliards de tonnes par an, soit environ 70 tonnes de déchets générés chaque seconde (compteur en tonnes) ! Le flou entourant les chiffres des déchets toxiques ou dangereux (solvants ….) est important. Entre 2018 et 2050, la quantité de déchets devrait augmenter de 70 % dans le monde, pour atteindre 3,4 milliards de tonnes annuelles.”

Infographie: Combien de déchets produit-on dans le monde ? | Statista

Cliquez sur la carte pour l’agrandir.

Des kilos et des €

Un Français produit en moyenne 582 kilogrammes de déchets par an, en croissance continue depuis 2015. En 2019, 38,9 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés (DMA) ont été collectées par le service public en France. Source : Agence la transition écologique (Ademe).

La Cour des comptes, dans son dernier rapport, note :

l’ensemble des dépenses du SPGD (service public de gestion des déchets) coûte en moyenne 124 € TTC par habitant. Les charges de traitement représentant 47 € (38 % du coût HT) et les charges de collecte 49 € (39 %).”

En 2018, l’Union européenne est à l’origine de 2,6 milliards de tonnes de déchets. La France est le deuxième pays produisant le plus de déchets, derrière l’Allemagne. Rapportée au nombre d’habitants, elle se situe dans la moyenne européenne avec 5,1 tonnes par habitant.

Composter est donc la meilleure chose qu’on puisse faire !

Que composter ?

Des matières dites “brunes”, riches en carbone et sèches et des matières vertes, riches en azote et humides. Un équilibre doit être maintenu entre les deux, composé de 1/3 de brun pour 2/3 de vert, en moyenne. Si le compost sent mauvais, ajoutez du brun, s’il est plein de filaments blanchâtres, remettez du vert. Ça ne composte pas assez vite et le jardin a faim ? Versez un peu de purin d’ortie, ça booste !

Les matières vertes accélèrent la dégradation et la montée en température nécessaire.

Vous pouvez composter :

  • ail et autres oignons et échalotes, en petites quantités,
  • agrumes, en petites quantités,
  • épluchures, restes de fruits et légumes non traités,
  • excréments d’animaux : fientes , crottin et crottes,
  • désherbage, plantes arrachées en fin de saison,
  • fleurs coupées ou fanées,
  • pelures de pommes de terre, un petit peu,
  • restes de repas préparés, en petites quantités,

Ne mettez pas au compost :

  • déchets de plantes malades
  • excréments des animaux domestiques carnivores
  • feuilles vernissées comme le laurier

La stabilité est apportée par les matières brunes ; elles ralentissent la décomposition.

Vous pouvez composter :

  • branches, brindilles, écorce, copeaux,
  • bois exotique, un petit peu,
  • coquilles d’œufs, de fruits secs,
  • essuie-tout et autres serviettes en papier non blanchi exclusivement.
  • marc de café et sachets de thé (sans agrafe),
  • paille et feuilles sèches,
  • papier et carton (non traité),

Ne mettez pas au compost :

  • charbon du barbecue,
  • graines et noyaux,
  • gros morceaux,
  • mégots,
  • plastique, verre, tissus synthétiques, produits chimiques (huile de vidange…),
  • poussière de l’aspirateur,
  • terre, sable,
  • bois traité
  • déchets de coupe de résineux comme les ifs et les thuyas

Les viandes et les poissons se décomposent comme les autres déchets. Attention toutefois, si vous craignez d’attirer des rongeurs ou d’autres animaux.

Les produits laitiers ou la cendre de bois non traité doivent rester dans une proportion anecdotique.

compost
©matth_be

Bon soin pour le compost

Pour un compost complètement bio, soyez attentif à ce que vous mettez au compost. Les fruits et légumes de grande distribution sont souvent chargés en résidus de pesticides. Attention aux papiers et cartons imprimés.

Facilitez la dégradation et réduisez un peu le temps de compostage en coupant tout en petits morceaux.

En l’aérant une fois par mois et en surveillant l’humidité, tout doit bien se passer. 6 mois plus tard, la matière décomposée ressemblera à l’humus. Au nez, vous aurez une bonne odeur du sous-bois.

Comment composter ?

Compost très nature

Il faut avoir le la place. Creusez un trou pour faire un tas. Retournez-le à la fourche régulièrement et vous aurez un compost super nature. Mais ce n’est pas vraiment beau. Et c’est ouvert aux animaux en tout genre. Donc, ce n’est possible que loin de la maison et si possible, masqué par un bâtiment ou une barrière végétale.

Le compostage en surface

Ce n’est pas vraiment un compostage. Déposez vos déchets de cuisine dans les plates-bandes du potager. C’est super moche, mais ça nourrit le sol de matières organiques brutes. Faites cela si le potager n’est pas en face de la terrasse !

Le bac de compostage

Plus discret et facile à utiliser, il est très adapté en milieu urbain.

On peut le fabriquer soi-même avec du bois de récupération ou l’acheter. Toutes les tailles sont disponibles pour le jardin ou dans la cuisine.

Comme il est fermé, le bac favorise le compostage. Il en existe en forme de silo, dans des tailles variant de 70 à 1000 L, en forme de tonneaux (rotatifs) plus petits, en bois, en métal ou en PVC.

Les lombricomposteurs sont plus rapides encore, grâce au travail des vers, mais ils sont réservés aux petites quantités. 

Les dimensions

Tout dépend de l’usage : pour un très grand jardin et beaucoup de déchets verts, choisissez deux grands composteurs, vous en aurez besoin.

Le calcul se fait en l/m2 sur la base de 1 pour 1 en moyenne. Pondérez ce calcul de la quantité de matières brunes et de matières vertes que produit votre jardin. Avez-vous beaucoup d’arbres ? De massifs de fleurs ? Un grand potager ? Si vous avez un broyeur, une partie sera sans doute utilisée pour pailler.

 

Composteur en bois

Pour ce qui est des déchets de cuisine, l’Ademe (Agence de la transition écologique) propose des moyennes : soit 40 kg de déchets ménagers par an/personne. Leur recommandation est de s’équiper d’un composteur de 300 litres lorsqu’on est seul, de 500 litres à deux, de 800 litres à quatre.

Pour fabriquer un composteur

Les matériaux  et outils : • 4 piquets (chevron de récupération) et des équerres en métal (facultatives) • 5-6 palettes de bois non traité • Du grillage • des clous et un marteau • Un arrache-clou • Une agrafeuse • Une cisaille.

La construction

Commencez par déclouer les planches des palettes avec le marteau et l’arrache-clou.

1. Plantez les quatre piquets dans le sol de façon à former un carré (plus petit que la longueur d’une planche).

Composteur-1

2. Clouez les planches des palettes sur les poteaux.  Ajoutez les équerres pour renforcer l’ensemble.

Composteur-2

3. Mesurez et découpez 3 panneaux en grillage et agrafez-les à l’intérieur du composteur.

Composteur-3

4. Clouez les planches des palettes (bord à bord) sur la face avant.  Arrêtez-vous avant. 3-4 planches suffisent !

Composteur-4

5. Posez-le près d’un mur. Le composteur est prêt. Vous pouvez commencer à le remplir…

Composteur-5

6. Ajoutez un toit amovible que vous fabriquez avec les planches restantes. Faites-les se chevaucher pour éviter les infiltrations d’eau de pluie. Il repose sur 2 planches superposées pour créer une légère pente.

Composteur-6

Le composteur vu de côté.

Quelques recommandations

Vous pouvez sophistiquer votre composteur en fabriquant des portes avant et en posant des charnières. Peignez votre composteur avec de la peinture à la farine (Recette ICI) pour le rendre plus résistant aux intempéries. Et pourquoi ne pas fabriquer plusieurs composteurs, pour avoir du compost disponible plus longtemps ?

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap