L’Hortus Botanicus de Leyde aux Pays-Bas

L’L’Hortus Botanicus de Leyde est le plus vieux Jardin botanique des Pays-Bas  et parmi les plus anciens au monde.  Il recèle quelques trésors… Nous avons interrogé Carla Teune, ancienne chef jardinière aujourd’hui à la retraite, très au fait de son histoire et de tout ce qui s’y passe.

 

Leyde - Carla Teune
Carla Teune ©V.Collet

Hortus Focus : racontez-nous l’histoire de ce jardin

Carla Teune : Le premier jardin date de l’an 1594. Et notre premier directeur fut Charles de L’Écluse (en latin Carolus Clusius) qui est né à Arras. Il parlait le flamand, l’allemand, l’italien, l’anglais. Le français, le grec et le latin. De ce fait, il a voyagé dans de nombreux pays. Quand il est arrivé chez nous, à 67 ans, il a recommencé une nouvelle vie et a eu l’idée de faire un jardin de plantes médicinales.

Comme il avait une jambe cassée, il a pris comme jardinier en chef, un célèbre apothicaire de Delft dont on dit qu’il aurait élaboré ce jardin en un an (en réalité, cela me paraît peu vraisemblable…). Puis il a voulu introduire des plantes exotiques. Dans le passé comme aujourd’hui, l’Hortus Botanicus a toujours fait partie de l’université de Leyde. Nous cultivons des plantes en lien avec le travail des scientifiques.

 

Charles de l'Ecluse
Charles de l’Ecluse ©V.Collet

Quelles plantes exotiques Charles de l’Ecluse a-t-il pu faire venir et comment ?

Il a introduit chez nous les tulipes, les narcisses, les pivoines et les jacinthes, ce dont nous lui sommes très reconnaissants. En fait, il était un homme de réseau bien avant l’heure et avait de nombreuses relations en Europe. Il est allé trois fois en Angleterre et a aussi accompagné un chirurgien en bateau en Amérique où il a pu obtenir des graines de tabac, de maïs, des tomates cerises rouge, jaune et orange ce qui était très nouveau pour l’époque.

 

Quels sont les points forts de votre collection ?

Le jardin de Charles de l’Écluse, les plantes de l’Orangerie, les orchidées de Nouvelle-Guinée et d’Indonésie; de même la famille tropicale des Hoyas. Une de nos plantes importantes est l’Amorphophallus titanum (Pénis de titan) de la famille des aracées. C’est une plante immense qui fait une fleur au bout de six ans d’environ quatre mètres de haut. La floraison commence en général vers 14h. Mais le plein épanouissement a lieu à 10h du soir. Et à ce moment-là, ça sent vraiment mauvais ! Si vous revenez l’année prochaine vous aurez peut-être une chance d’y assister. Cette mauvaise odeur attire les mouches et est utile à la pollinisation. 

 

Leyde - Ginkgo Biloba
Ginkgo Biloba ©V.Collet

Vous avez aussi de très beaux arbres…

Nous avons en particulier un grand Ginkgo biloba qui date de 1785 et est le deuxième plus ancien d’Europe après celui du Jardin botanique d’Utrecht. Nous ne savons pas s’il vient de Chine ou du Japon et nous ne savons pas non plus qui l’a ramené chez nous. Quand nous avons construit les serres, nous aurions pu le couper, mais on a préféré donner à celles-ci une forme de U pour le contourner et le sauver. Comme c’est un Ginkgo mâle, il ne donnait jamais de graines. Donc en 1935, on lui a greffé des branches femelles pour en avoir. Les Chinois et les Japonais les mangent, mais moi je ne les aime pas !

 

Combien de variétés de plantes avez-vous dans ce jardin ?

Nous avons autour de 10 000 espèces d’orchidées. Pour le reste, je ne sais pas exactement. Nous avons commencé la numérisation des collections, mais c’est un travail long, j’ignore quand il sera achevé. 

 

Combien de jardiniers travaillent ici ?

Quatre permanents, c’est peu. Et une vingtaine de volontaires, surtout des retraités, notamment pour enlever les mauvaises herbes. Je dirige le groupe même si je demande toujours au chef jardinier ce qu’on doit faire. Nous travaillons tous les mardis et jeudi matin. 

 

Tulipes
Tulipes ©V.Collet

Votre plante préférée?

Oh! C’est difficile. Le ginkgo et l’arbre à tulipes (Liriodendron tulipifera). Non vraiment je ne peux pas dire. J’adore tous les petits bulbes. J’en ai planté 150 000 depuis six ans. Des crocus, des iris, des perce-neige, des tulipes et beaucoup d’autres. Quand je vois un petit trou, je pense à l’automne et je me dis « Ah! Il faudra le combler ! ». Ce qui me plaît le plus dans ce jardin, c’est son aspect très naturel et très sauvage même si en réalité, il y a beaucoup de travail derrière.

 

La terre de la région de Leyde est-elle favorable pour un jardin botanique?

Ici, c’est de l’argile; il est difficile de cultiver des rhododendrons, mais cela plaît aux pommes de terre. Charles de l’Écluse rêvait d’en planter (comme les campanules), elles étaient sur sa wish list, mais il n’a jamais pu en recevoir. Alors nous les avons plantées à sa place! 

 

Pour plus d’informations :

L’Hortus Botanicus de Leyde

L’Office national du tourisme des Pays-Bas

Se loger et se restaurer :

Voir nos bonnes adresses dans notre article sur le Keukenhof

 

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap