Au bonheur des poules !

Isabelle Morand

Didier Macrez est un aviculteur passionné… et passionnant. Vous pourrez vous en rendre compte en visitant son site Mon espace nature. Voici quelques idées reçues (et battues en brèche), des conseils pour bien loger vos pensionnaires, les nourrir correctement et assurer le bonheur de vos poules.

Hortus Focus : les poules, ça doit rester dans un enclos ou mieux vaut les laisser ?

Didier Macrez : Tout dépend du jardin et de la présence d’un potager clos ou non. Les poules adorent les salades, les légumes, les petites pousses, et elles ont vite fait de ravager un potager. Donc, sans protection du potager, mieux vaut les laisser dans un enclos. Un coq et trois poules peuvent bien vivre dans 4 mètres carrés environ. 

Didier Macrez
©Isabelle Morand
@Isabelle Morand (Jardin de JL Féat)
@Isabelle Morand (Jardin de JL Féat)

Mais que faut-il dans cet enclos ?

Il faut prévoir un endroit couvert où elle pourra dormir, pondre et couver.  Elle a besoin de paille ou de copeaux pour y être à son aise. À l’extérieur de l’abri, elle aime s’ébrouer, se frotter à la terre, notamment pour éliminer les poux. On lui doit d’ailleurs, l’expression nid de poule utilisée pour qualifier les trous dans la chaussée. Le nid de poule à l’origine, c’est un trou fait par une volaille pour s’y vautrer, s’y gratter, lutter contre les parasites (poux blancs et poux rouges). 

Et les petites maisons de poules très en vogue dans le commerce, tu en penses quoi ? 

C’est un peu exagéré. Un simple abri, entouré de grillage, et facilement accessible, ça suffit. Et dans l’abri, installez une litière de copeaux qui va limiter l’humidité (facteur d’arrivée des poux). Évitez la paille au sol, elle garde cette humidité.

©jor03
©jor03
©setory
©setory

Pourquoi les coqs cocoricotent-ils sans arrêt ?

On parle toujours du chant du coq au point du jour. Mais c’est encore une idée reçue. Un coq cocoricote… quand ça lui chante ! Il suffit qu’il entende un copain, même à plusieurs kilomètres de distance, pour qu’il lui réponde. C’est de la communication ! Après, quant à savoir ce qu’ils peuvent bien se raconter… Toutes les volailles communiquent ainsi : les canards, les faisans, les paons 

Est-ce utile d’installer un filet au-dessus du poulailler pour protéger les petits des prédateurs ?

Cela peut effectivement être utile. La période de poussinage est la plus critique. Les petits sont des proies faciles pour les corbeaux, les éperviers et les pies qui nourrissent leurs propres petits de cadavres de poussins. La pie va encore plus loin. Elle est capable de casser des œufs, de les manger avant de les régurgiter à ses oisillons. 

Pourquoi faut-il mettre les nouveaux arrivants en quarantaine ?

L’animal, quel qu’il soit, est élevé dans un biotope, un environnement bien précis. Si vous l’introduisez directement dans la basse-cour avec les autres animaux, il peut être porteur de maladies ou d’autres soucis. Donc, une petite période de quarantaine s’impose et elle permet aussi aux animaux de faire connaissance. Un coq introduit dans un poulailler où vit déjà un coq, c’est prendre le risque de bagarres entre les deux. Le premier n’a pas forcément envie de partager son territoire… et ses poules. 

©Athok Dadhlin
©Athok Dadhlin

Alors, c’est quoi le bon équilibre dans un poulailler ?

Je dirais un coq pour trois poules. Mais on peut aussi avoir un coq et dix poules. Il sera très occupé à les monter toute la journée. C’est quand même son activité principale.

Il n’a aucune favorite parmi les poules ?

Ah si ! Et il suffit de regarder le perchoir. C’est toujours la même poule qui est à côté du coq la nuit. C’est la place de la favorite. Et aucune poule ne s’avisera de piquer sa place à la femme du chef. Et le coq l’honore plus souvent que les autres. 

Peut-il y avoir aussi du rififi chez les poules ? 

Et comment ! Imagine : 5 poules vivent avec un coq. Tu introduis une poulette plus jeune, plus jolie, ça fait des histoires ! 

©csmorrell
©csmorrell

Pourquoi faut-il donner aux poules des coquilles d’huîtres ou des graviers à picorer ?

Les deux permettent de solidifier les coquilles. Quand une jeune poule commence à pondre, et qu’elle sent que son œuf est entouré d’une coquille molle, elle mangera son œuf et va prendre vite l’habitude de manger ses œufs. Elle s’en nourrira. Il faut donc très tôt lui procurer une source de calcium qui permettra une meilleure solidification de la coquille. Enfin, coquilles d’huîtres et petits graviers permettent à son gésier de mieux broyer les aliments ingurgités.

©Ekaterina Defulyeva
©Ekaterina Defulyeva

On compare souvent les poules à des « poubelles sur pattes ». C’est vrai ?

Ah, non, alors ! Les poules ne mangent pas tout. Elles sont omnivores, mais on ne peut pas leur donner tout et n’importe quoi à manger. Car elles ont aussi des goûts et des dégoûts. Elles n’aiment pas trop le poireau par exemple. En revanche, elles raffolent du thym, du persil, des fanes de carottes, de graines de tournesol, du chènevis… Elles aiment aussi les épluchures d’un peu tout. En revanche, ne leur donnez pas de riz, pas assez nutritif, et pas d’épluchures de pommes de terre (toxiques). 

Et côté boisson ?

Les poules doivent avoir en permanence à leur disposition de l’eau, propre de préférence. Les fontaines du commerce dont bien appropriées et efficaces. Il faut renouveler l’eau tous les deux ou trois jours, car elles la souillent assez rapidement.

Comment apprivoiser une poule ? 

Il faut l’élever dès son plus jeune âge. Un poussin auquel on donne à manger et à boire, auquel on fait des caresses, sait très bien vous reconnaître. Le matin, la poule arrivera pour dire bonjour comme un chat ou un chien. On appelle cela le phénomène d’imprégnation. L’animal est totalement dépendant de la personne qui l’a élevé. C’est sympa, mais il ne doit jamais être relâché dans la nature ou se perdre, car il ne saura pas se nourrir.

poussin
©Blueenayim
©Robert Crum
©Robert Crum

Quelle est la poule la plus câline ?

On dit souvent qu’il s’agit de la poule soie. Les gens aiment beaucoup cette boule de plumes et de poils. Elle s’habitue très bien à l’homme et c’est de plus une excellente couveuse. Une race comme la Bankiva mettra plus de temps à s’habituer, mais il s’y fera. Quand on met des œufs en couveuse, il faut voir la réaction des nouveau-nés. Quand on ouvre le couvercle, ils te regardent. Tu leur mets la main dessus ? Ils se blottissent et semblent dire : « tu es papa ou maman, toi ? ». C’est l’instinct du poussin de se mettre sous la poule pour se sentir protégé, et donc il se blottit dans la main.

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

176 Shares 1.8K view
Share via
Copy link