Vers la boutique d’Hortus Focus

Calendrier des plantes médicinales : récoltes et cueillettes

Plantes médicinales et aromatiques
©svrid79

Jusqu’à une date relativement récente, la santé des humains reposait sur leur connaissance des plantes. Leur savoir s’est construit au fil des siècles grâce à leur curiosité, aux essais ratés et réussis et aux surprises du hasard. Les plantes médicinales sont devenues une vraie science.

Ce long héritage a amené à utiliser au moins 28 000 plantes en médecine traditionnelle tout autour du monde, et on estime qu’environ 80 % de la population mondiale se repose encore sur les plantes pour combler ses besoins de soins médicaux.

Les plantes qui soignent

Des propriétés variables

En général, il est essentiel de ne récolter les plantes médicinales ou leurs parties qu’à maturité lorsque les végétaux sont très vigoureux.
Mais il y a de nombreuses exceptions. Les plantes n’ont pas les mêmes propriétés en fonction :

  • de l’âge
  • du terrain
  • de l’état sauvage ou cultivé
  • du climat

Certaines plantes médicinales jouissent de propriétés différentes, voire opposées selon l’âge qu’elles ont au moment de la récolte. La laitue, d’abord comestible, produit plus tard un suc laiteux riche en propriétés actives. Certains principes apparaissent ou disparaissent en fonction de l’âge d’un végétal. C’est, par exemple, une plante comme la guimauve qui devient acide et astringente en fin de végétation. En général et malgré de nombreuses exceptions, l’entrée en floraison marque la plénitude des principes actifs.

L’influence du terrain joue sur la puissance des principes actifs. La belladone, la jusquiame, la stramoine aiment les terrains légers et seront moins puissantes en terrain lourd, par exemple.

Le climat est important au sens où une plante croît mieux dans son climat naturel. Plus les plantes médicinales poussent dans des conditions proches de ce qui leur est naturel, plus elles développent ses principes actifs.

Règles générales de récolte des différentes parties des plantes médicinales

  • En principe, les racines doivent être récoltées au printemps ou à l’automne.
  • Le bois et l’aubier des tiges ligneuses sont plus denses et plus riches en hiver.
  • Les écorces doivent provenir de végétaux en pleine maturité. On les récolte au printemps ou en automne, quand la végétation de l’année est close, ou avant la floraison.
  • Les bourgeons écailleux se cueillent avant que la pérule (enveloppe des bourgeons d’un arbre) se soit détachée. Les bourgeons non écailleux se récoltent avant que les jeunes feuilles se séparent.
  • On récolte les feuilles en pleine vigueur et parfois, pas avant la deuxième année.
  • Il est bon de cueillir les fleurs avant leur plein épanouissement, lorsqu’elles s’ouvrent juste.
  • Les fruits charnus doivent être cueillis à leur parfaite maturité (sauf les framboises, mûres et groseilles).
  • La graine et le péricarpe doivent être en fin de développement sans attendre leur dessiccation naturelle pour récolter les fruits destinés à être séchés.
  • Les semences doivent être collectées à maturité complète
Plantes médicinales et aromatiques : cueillette du Romarin
©Dimitri Kalioris

Octobre – Novembre – Décembre

  • Aconit (racines),
  • Arum maculé (racine),
  • Asperges (racines),
  • Aubépine (fruits secs),
  • Aunée (racines),
  • Bardane (racines coupées à 1 cm),
  • Bouleau (écorces),
  • Bourdaine (écorces),
  • Bourrache (racines),
  • Bugrane Arrête-boeuf (racines),
  • Chêne (écorces),
  • Colchique (bulbes),
  • Consoude (racines),
  • Courges (semences),
  • Fraisier sauvage (racines),
  • Frêne (écorces),
  • Garou (écorces),
  • Genêt à balais (racines),
  • Genévrier (baies),
  • Gentiane (racines coupées à 1 cm),
  • Grenadier (écorces),
  • Gui (feuilles mondées, sans tiges ni fruits),
  • Guimauve (racines),
  • Impératoire (souches et rhizomes),
  • Nerprun (baies),
  • Petit Houx (souche et racine),
  • Peuplier (bourgeons),
  • Pin sylvestre (bourgeons),
  • Pissenlit (racines),
  • Pivoine (racines),
  • Raifort (racines),
  • Rhubarbe (racines),
  • Safran (stigmates),
  • Saponaire (rhizomes), Saponaire (racines),
  • Saule (écorces),
  • Sceau de Salomon (rhizomes),
  • Sureau (première écorce),
  • Valériane (racines),
  • Uva-Ursi (racines).

Janvier – Février – Mars

  • Asarum (plante),
  • Aubépine (fleurs),
  • Benoîte (racines),
  • Bistorte (racines),
  • Cyprès (noix),
  • Douce-Amère (tige coupée),
  • Eucalyptus (noix),
  • Ficaire (plante fleurie),
  • Genêt (fleurs),
  • Giroflées (boutons),
  • Gui (branche feuillée),
  • Impératoire (racines),
  • Lichen gris (dit d’Islande),
  • Livèche (racines)
  • Mousse du chêne (lichen),
  • Mousse du pin (lichen),
  • Peuplier (bourgeons),
  • Pêcher (fleurs),
  • Pin sylvestre (bourgeons),
  • Primevère (fleurs),
  • Prunellier (fleurs),
  • Pulmonaire du Chêne,
  • Ronces (boutons),
  • Tormentille (racine),
  • Tussilage (fleurs),
  • Violettes (fleurs et feuilles)

Avril – Mai – Juin

  • Acacia blanc (fleurs),
  • Ache des marais (feuilles),
  • Anémone pulsatile (plante),
  • Asperges (racines),
  • Balsamite (feuilles),
  • Benoîte (feuilles),
  • Bourrache (fleurs),
  • Busserole (feuilles),
  • Chélidoine (plante feuillée),
  • Chèvrefeuille (fleurs),
  • Colchique (semences).
  • Cresson (feuilles),
  • Datura (feuilles),
  • Guimauve (feuilles),
  • Fève des marais (fleurs),
  • Jusquiame (feuilles),
  • Lierre terrestre (feuilles),
  • Menyanthe (feuilles),
  • Muguet (fleurs; plante fleurie avec racines),
  • Ortie (fleurs mondées, plante fleurie),
  • Pariétaire (feuilles),
  • Pervenche petite (feuilles),
  • Pied-de-chat (fleurs),
  • Pissenlit (feuilles),
  • Platane (feuilles),
  • Primevère (fleur avec calice),
  • Ronces (boutons).
  • Scabieuse (fleurs),
  • Sureau (fleurs puis deuxième écorce)

Juillet – Août – Septembre

  • Absinthe (feuilles),
  • Acanthe (feuilles),
  • Alkékenge (baies),
  • Argentine (plante feuillée),
  • Arnica (fleurs),
  • Aconit (racines),
  • Aconit Napel (feuilles),
  • Agripaume (feuilles),
  • Baguenaudier (feuilles),
  • Bardane (feuilles),
  • Basilic (feuilles),
  • Belladone (feuilles),
  • Bleuet (fleurs),
  • Bouillon blanc (feuilles, fleurs),
  • Bourrache (feuilles),
  • Buglosse (fleurs),
  • Brunelle (plante),
  • Canneberge (fruits),
  • Cassis noir (feuilles),
  • Cataire (plante feuillée),
  • Céleri (semences),
  • Centaurée petite (plante),
  • Coings (pépins),
  • Consoude (feuilles),
  • Cynoglosse (feuilles),
  • Digitale pourpre (feuilles),
  • Églantier (fruits secs),
  • Hellébore blanc (racines),
  • Épine-vinette (fruits),
  • Fenouil (plante),
  • Fougère mâle (racines),
  • Fraisier cultivé (racines),
  • Frêne (feuilles),
  • Fumeterre (plante),
  • Galega (plante),
  • Garance (feuilles),
  • Génépi (plante),
  • Géranium Robert (plante),
  • Gratiole officinale (plante feuillée),
  • Guimauve (fleurs),
  • Houblon (cônes),
  • Hysope (feuilles),
  • Laitue (plante),
  • Lavande (fleurs mondées),
  • Maïs (stigmates),
  • Mauve (plante fleurie, feuilles),
  • Marrons d’inde (graines).
  • Marrube blanc (plante),
  • Matricaire (fleurs),
  • Mélisse (feuilles),
  • Menthe (feuilles),
  • Mercuriale (feuilles),
  • Millepertuis (sommité fleurie),
  • Morelle noire (feuilles),
  • Mûrier (feuilles),
  • Noix (coques)
  • Noyer (feuilles),
  • Origan (sommité fleurie),
  • Pensée sauvage (fleurs et plante entière fleurie),
  • Pimprenelle (plante fleurie),
  • Pulmonaire (plante fleurie),
  • Reine des prés (fleurs),
  • Romarin (feuilles),
  • Rose trémière noire (fleurs),
  • Sanicle (plante fleurie),
  • Santoline (plante fleurie), Ronce (feuilles),
  • Saponaire (plante feuillée),
  • Sarriette (feuilles),
  • Sauge sclarée (fleurs),
  • Séneçon commun (plante fleurie),
  • Sureau (baies),
  • Tanaisie (fleurs),
  • Thym (feuilles),
  • Tilleul (fleurs bractées),
  • Tussilage (feuilles)
  • Véronique des Alpes (plante fleurie),
Plantes médicinales et aromatiques : ail des ours
©TTstudio

Pourquoi les plantes contiennent autant de produits actifs

Les plantes ne sont pas mobiles. Elles ne peuvent échapper au danger en se sauvant à toutes jambes. Par conséquent, elles ont débordé d’imagination pour se protéger de ce monde de brutes ! Elles se sont déguisées, équipées de piquants, mais aussi et surtout, elles ont produit toute une palette de produits chimiques. Il leur en a fallu pour séduire les pollinisateurs chargés d’assurer leur descendance : couleurs, senteurs nous paraissent souvent extrêmement plaisants. Mais ils sont aussi et surtout utiles tant aux plantes que pour notre santé. Ainsi en est-il des caroténoïdes, des flavonoïdes ou des anthocyanes, pour la peau, les affections nerveuses, digestives ou ORL. Voilà pourquoi beaucoup de plantes sont considérées comme des plantes médicinales.

 

Les plantes médicinales soignent

  • Vous souhaitez stimuler votre immunité alors que l’automne s’installe et que l’hiver s’annonce ? L’échinacée, le sureau ou la chirette verte vous accompagneront. Les cures étant de 4 à 8 semaines selon les plantes, mieux vaut se lancer avant les grands froids.
  • Votre foie fait des siennes ? Le chardon-Marie ou le schisandra seront vos alliés.
  • La digestion est un moment qui vous embête ? le gingembre vous soulagera.
  • Le mal des transports vous pose problème ? La jusquiame noire fait partie depuis longtemps de la médecine traditionnelle.
Plantes médicinales
©Thomas.C
Plantes médicinales
©Thomas.C
  • Un ulcère à l’estomac ? Optez pour la réglisse.
  • Trop de glucose dans votre sang ? Le galéga vous aide à garder le contrôle.
  • Une méchante toux vous assaille ? Le bois de gaïac la fera taire.
  • Pour la grippe, la badiane sera à vos côtés.
  • Et la douleur est la guerre du pavot, à l’origine des guerres de l’opium ! Mais l’harpagophytum… aussi !

Des plantes médicinales, il y en a pour toutes les parties du corps et pour la plupart des affections. Et avant d’être médicinales, c’est-à-dire transformées pour concentrer leur puissance, nombre de ces plantes peuvent entrer dans votre alimentation et entretenir votre bonne santé.

Les plantes peuvent être des poisons

 

Les plantes peuvent vous accompagner dans d’autres sphères

Bibliographie

Un ouvrage très intéressant qui aborde les aspects botaniques et historiques des médecines fondées sur les plantes.

Les plantes qui soignent
Elizabeth A. Dauncey & Melanie-Jayne R. Howes

Éditions Ulmer
228 p. – 32 €

Plantes médicinales : les plantes qui soignent

Plantes médicinales et aromatiques
Share via
Copy link
Powered by Social Snap